Institution Bourdault

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Historique

Envoyer Imprimer PDF

L'Institution Bourdault doit son origine au legs fait le 6 décembre 1840 par Barbe Adèle Joséphine Bourdault, fille d'un juge du tribunal de Vesoul, à la Congrégation de Saint-Vincent-de-Paul pour la création d'un lieu d'accueil pour enfants nécessiteux.

L'autorisation d'accepter ce patrimoine de 300 000 francs est donné à la Congrégation par le roi Louis-Philippe, par ordonnance royale du 1er octobre 1843. Six ans plus tard, le 1er décembre 1849, les Soeurs de la Charité font l'acquisition du "Petit Versailles", une propriété comprenant plusieurs corps de bâtiments, située à Vesoul.

L'orphelinat est inauguré en 1853. Il a pour vocation, conformément à la volonté de Barbe Adèle Joséphine Bourdault, de nourrir gratuitement des enfants nécessiteux, garçons et filles, du département de la Haute-Saône et de leur apprendre un métier.
Ainsi, les filles sont initiées à différents travaux domestiques tels que le lessivage, le repassage ou encore le raccomodage, et les garçons, sous la direction d'un patron, font l'apprentissage de métiers tels que cultivateur, jardinier, menuisier ou cordonnier.

L'établissement accueille 20 enfants, des garçons de 11 à 14 ans et des filles de 10 à 13 ans qui ont la possibilité de rester jusqu'à l'âge de 18 ans.

En raison d'une hausse croissante des effectifs, les Soeurs de la Charité sont amenées à s'agrandir progressivement, avec l'acquisition de la "Ferme d'Artois" en 1857, d'un terrain cultivable dit "Le Point du Jour" en 1879 ainsi que des quatre hectares de prés du "Grand Grésil", parcelle par parcelle, entre 1864 et 1881.

Les sources de revenus de l'orphelinat Bourdault sont multiples. Les produits de la ferme d'Artois sont consommés et le surplus est vendu en ville. L'établissement bénéficie également de pensions, bien que modiques, versées par les parents mais aussi de bourses accordées, dès 1852, par le département pour 20 élèves.

Au fil des décennies, l'orphelinat voit ses missions originelles évoluer. En 1947, le Conseil Général de la Haute-Saône habilite l'établissement à recevoir des mineurs en danger moral, confiés par le juge pour enfants. Dix années plus tard, l'école des métiers prend fin et l'orphelinat Bourdault devient une "Maison à caractère social" qui reçoit des enfants de 6 à 14 ans, confiés par l'Aide Sociale et les assistantes sociales des divers organismes.

En 1983, les Soeurs de la Charité passent le relais et confient la gestion de l'Institut à l'association à but non lucratif "Les Amis de Bourdault".

Depuis, l'établissement est habilité par le Conseil Général à recevoir 56 enfants, filles et garçons, de 4 à 18 ans, en difficulté familiale, confiés au service de l'Aide Sociale à l'Enfance et à la Famille.

Les enfants sont accueillis dans les locaux de Vesoul, désormais structurés en quatre appartements et un studio, mais aussi pour une minorité originaire du nord du département, dans un pavillon, rue Marcel Donjon à Luxeuil.